Enquire Now
360 degree rotating viewer for Lynx EVO and EVO Cam II microscopes

Dispositif optique rotatif de 360° pour Lynx EVO et EVO Cam II

By | Vidéos

Dispositif optique rotatif de 360° pour Lynx EVO et EVO Cam II.

Dispositif optique rotatif de 360° pour stéréomicroscopes – Lynx EVO et micoscopes numérique EVO Cam II. Accessoire d’inspection par excellence offrant une vue rotative complète de 360° de l’objet (à un angle de 34°). Grâce à la rotation de 360°, il est possible d’observer de manière optimale les composants électroniques (points de soudure, trous, protubérances et filetages des cartes de circuits imprimés), mécaniques, médicaux et plastiques, par exemple. L’opérateur peut facilement passer d’une vue rotative de 360° à une vue directe conventionnelle pour un confort ultime.

EVO Cam II digital microscope in the workshop

EVO Cam II, nouvelle génération de microscope numérique haute définition

By | Actualités

La nouvelle génération du très populaire microscope numérique EVO Cam a été lancée. Excellente qualité d’image, fonctionnement intuitif et une multitude de nouvelles fonctions sont disponibles avec le nouvel EVO Cam II de Vision Engineering.

Idéalement adapté à l’inspection minutieuse et à l’enregistrement des images haute résolution, l’EVO Cam II de nouvelle génération bénéficie de l’ajout de superpositions personnalisables, de mesures intégrées et du transfert d’images Wi-Fi. Tous pris en charge par un zoom optique 30: 1 et un grossissement maximal de 3 600 fois.

La caméra EVO Cam II remplace la caméra EVO d’origine qui était déjà utilisée pour l’inspection de l’électronique, des dispositifs médicaux, de la mécanique de précision, des sciences de la vie et bien plus encore.

Les images haute définition peuvent être capturées et stockées directement sur une clé USB. Une fois connecté à un PC, les images et les vidéos peuvent être facilement capturées, stockées et partagées. Une connexion Wi-Fi permet même le partage direct avec des PC, ordinateurs portables, tablettes et smartphones.

Des mesures simples à l’écran peuvent être effectuées à l’aide de compas virtuels et de grilles évolutives. Les images en direct peuvent également être comparées aux superpositions personnalisables par l’utilisateur, ce qui augmente l’efficacité d’utilisation.

Une toute nouvelle interface graphique et des commandes intuitives avec 10 préréglages permettent de permuter rapidement les sujets soumis à l’inspection, ce qui rend EVO Cam II idéal pour plusieurs utilisateurs dans des environnements de production rapide. Une option de boitier de commande à distance est disponible pour optimiser le fonctionnement ergonomique du microscope lorsqu’il est utilisé sur de longues périodes.

L’EVO Cam II est doté d’un puissant anneau de lumière à LED et d’un éclairage auxiliaire pour la visualisation d’échantillons translucides. Une option d’éclairage  UV annulaire est également disponible pour les applications électroniques et autres applications spécifiques. Les sujets à contraste élevé, tels que les métaux réfléchissants utilisés dans les industries électronique et automobile, peuvent être visualisés plus en détail à l’aide du mode d’exposition automatique ( WDR ,Wide Dynamic Range) de l’EVO Cam II.

Pour plus de clarté, EVO Cam II est lancé avec une nouvelle gamme d’objectifs permettant de produire des images nettes, détaillées et contrastées. L’optique rotatif à 360 ° unique de Vision Engineering est idéal pour les sujets difficiles à manipuler. Il offre des vues directes et à angle de 34 °, qui peuvent pivoter à 360 ° autour du point d’intérêt, ce qui permet d’inspecter les côtés et la base des échantillons.

Mark Curtis, directeur général, Vision Engineering, a déclaré:

Nous sommes ravis de compléter notre gamme de stéréomicroscopes sans oculaire Mantis et Lynx EVO avec l’EVO Cam II. Ce nouveau microscope numérique offre une qualité d’image exceptionnelle pour l’inspection, la recherche et la manipulation, et peut être utilisé pour des milliers de tâches d’inspection. ”

Vision Engineering fête ses 60 ans en mettant clairement l’accent sur l’avenir

By | Actualités

Vision Engineering franchit une étape importante ce mois-ci en célébrant 60 ans  de fabrication  de systèmes d’inspection et  de mesure sans contact. La société privée a été fondée au Royaume-Uni en 1958 par Rob Freeman, un ouvrier qualifié de l’équipe de course Jaguar. Pendant qu’il travaillait chez Jaguar, Rob a mis au point un endoscope permettant d’inspecter les pièces internes du moteur de course sans le démonter. La formation en ingénierie de Rob et sa volonté de concevoir des solutions d’utilisation precises et efficaces constituent la base du succès de Vision Engineering.

Réputé pour l’invention de  Mantis, le premier stéréomicroscope au monde sans oculaire, Vision Engineering détient plusieurs brevets mondiaux de technologie optique utilisée dans ses systèmes de contrôle et de métrologie. Mantis a été lancé il y a près de 25 ans afin de résoudre les problèmes auxquels les opérateurs de microscopes sont confrontés. La conception de Mantis permet aux utilisateurs de conserver une posture ergonomique de vision naturelle lors de l’utilisation d’un microscope, ce qui leur permet d’être plus à l’aise et de travailler plus longtemps sans fatigue du cou ni des yeux. Mantis est utilisé dans le monde entier dans les industries de l’électronique, le domaine medical, de l’emballage, de l’automobile et de l’aérospatiale, ainsi que pour toute application nécessitant une inspection et un reusinage.

Par Mantis, Vision Engineering fut la premiere entreprise à reconnaitre l’importance de l’ergonomie en microscopie. Mantis a considérablement évolué depuis sa conception initiale et Vision Engineering fabrique actuellement la 4ème génération de Mantis. En 1994, la fabrication de Mantis a été delocalisee dans le Connecticut, aux États-Unis, où elle est encore fabriquée aujourd’hui.

La société attribue son succès à l’innovation et au développement de nouvelles technologies pour améliorer la qualité de la fabrication, par l’inspection et la mesure. Mark Curtis,  le directeur général de Vision Engineering, explique:

Des investissements considérables en R & D dans les technologies optiques et numériques se poursuivent avec les récentes avancées technologiques brevetées qui annoncent la prochaine étape de l’innovation et de la pénétration du marché pour Vision Engineering. »

Vision Engineering a parcouru un long chemin, depuis ses modestes débuts en 1958 dans un atelier avec une douzaine d’employés. En juin 2017, un siège mondial de 7 800 m2 a ouvert à Send, Woking, au Royaume-Uni. Vision Engineering emploie maintenant plus de 220 personnes dans le monde.

ATL Kestrel measuring microscope

Microscope de mesure Kestrel d’ATL, une « vision » de qualité

By | Études de cas

La petite imprimerie familiale ATL fut fondée en 1951 à Menomonee Falls dans le Wisconsin aux États-Unis. Ayant à l’origine commencé la production d’étiquettes pour les marchés industriels et de publipostage direct, la société a depuis étendu ses marchés et ses gammes de produits aux industries médiales et pharmaceutiques.

L’aptitude d’ATL à se conformer et à dépasser les normes strictes de qualité exigées dans le secteur médical a mené à une transition naturelle dans l’industrie pharmaceutique en 2001, date à laquelle la société a mis au point une étiquette notice pouvant contenir de 3 à 19 pages.

ATL a depuis fabriqué plus de 120 millions d’étiquettes notices pharmaceutiques dans plus de 80 langues pour plus de 1700 essais cliniques.

Bonne pratique de fabrication actuelle (cGMP)

En 2003, ATL a obtenu sa certification cGMP (bonne pratique de fabrication actuelle) suite à une conformité stricte à la partie 820 du titre 21 du code de réglementations fédérales (CFR) pour la fabrication, l’emballage et l’entreposage de matériel médical jetable.

ATL se conforme également à la bonne pratique de fabrication actuelle des parties 210 et 211 du titre 21 du code CFR relative à la fabrication, au traitement et à l’emballage (pour la fabrication de toute étiquette pharmaceutique). ATL Security Label Systems™ fut créé en 2007 pour fournir une nouvelle gamme avancée d’étiquettes dotées d’éléments de sécurité et anti contrefaçon, y compris un tatouage numérique, un système de suivi et de pistage, une sérialisation de masse, des codes personnalisés, des codes barres 2D, une authentification par changement de couleur, des marqueurs cachés lisibles à l’aide d’une machine et des étiquettes et emballages antimicrobiens.

La qualité des produits fabriqués par ATL est d’une importance capitale vu la nature des clients de la société. En plus du strict respect des réglementations de l’entreprise et des procédures approuvées, les produits d’ATL sont soumis à des contrôles qualité rigoureux à chaque étape de la conception et de la fabrication.

Exactitude et précision accrues avec Kestrel

Pour aider à maintenir l’excellente réputation de ses produits, la société investit régulièrement dans des équipements d’inspection à la pointe de la technologie.

Le récent achat d’un microscope de mesure optique avancé Kestrel 200 de Vision Engineering illustre bien cet engagement à maintenir les normes de haute qualité de la société.

Greg Gilanyi, directeur qualité d’ATL, explique :

« Même si nous pouvions auparavant mesurer de manière adéquate les découpes et les espacements, ainsi que l’emplacement des impressions, avec notre technologie existante, nous avons estimé qu’il était temps de nous moderniser dans ce domaine.

Après avoir fait des recherches sur d’autres microscopes de mesure optique (et après plusieurs démonstrations des appareils les mieux adaptés), nous avons choisi le microscope Kestrel 200 de Vision Engineering.

Notre nouveau microscope Vision Engineering fournit des mesures rapides et précises dans 2 axes qui contribuent à la précision et à la rapidité de nos opérations.

Les images à fort contraste très nettes fournies par le système optique avancé du microscope Kestrel permettent également à notre personnel d’examiner le travail de manière plus détaillée. L’image optique de qualité supérieure de ce microscope permet de mesurer des caractéristiques difficiles à voir sur des éléments à faible contraste, comme des étiquettes noires ou transparentes ».

Donald Dobert, président d’ATL, a déclaré :

« Nous voulions un appareil qui nous permettrait d’étendre notre conformité cGMP (bonne pratique de fabrication actuelle) de l’administration américaine de l’alimentation et des médicaments (FDA). Le microscope Kestrel nous permet de mesurer des découpes critiques à 0,0001 pouce près.Nous réalisons constamment des agréments de qualification IQ-OQ-PQ (qualifications d’installation/opérationnelles/de performances) dans le cadre de notre protocole de validation des systèmes, pour lesquels le microscope Kestrel nous fournit des mesures rapides et précises. Grâce à ces mesures, nous pouvons déterminer le Cpk du processus et quantifier notre qualité en termes de défauts par million pour nos clients ».

Études de répétitivité et de reproductibilité des instruments

Il a ajouté : « Nous réalisons des études de répétitivité et de reproductibilité des instruments afin de pouvoir prouver que les erreurs de mesure n’entraînent pas d’erreurs dans nos données de validation ou Cpk (capacité).

Je travaille dans le domaine de la qualité depuis plus de trente ans et je peux vous dire que le microscope Kestrel est l’un des meilleurs systèmes que j’ai jamais utilisé ».

Le traitement des données étant effectué par un microprocesseur multifonctions QC-200, le microscope Kestrel 200 a été conçu pour être simple et facile à utiliser, ce qui en fait l’instrument idéal pour les procédures de contrôle qualité hors ligne effectuées par le personnel de la fabrication.

Idéal pour mesurer les éléments 2D des petites pièces complexes avec sa platine de mesure de haute précision de 150 mm x 100 mm, le Kestrel 200 est le plus petit microscope de la gamme de mesure optique de Vision Engineering.

Le microscope Kestrel est doté de la technologie Dynascope™ brevetée de Vision Engineering afin de fournir une meilleure définition des surfaces pour des mesures simples et rapides. La clarté optique exceptionnelle permet également d’effectuer simultanément une inspection visuelle détaillée.

Aucun traitement d’image avant les mesures pour une précision garantie

Contrairement aux systèmes vidéo qui numérisent les informations optiques capturées, le microscope Kestrel utilise une image optique pure, qui n’est pas traitée avant les mesures afin de garantir des mesures de composants fiables.

Les options d’éclairage de surface et du diaphragme du microscope Kestrel permettent de régler l’éclairage pour chaque application.

L’éclairage de surface est fourni par deux lampes spot semi-coaxiales, avec l’option d’un éclairage annulaire à LED ou épiscopique (au travers de la lentille) pour visualiser les trous borgnes ou les éléments de surface en profondeur. Avec un grossissement x20 de série, d’autres options de grossissement x10, x20 et x50 rapidement interchangeables sont disponibles.

Clair comme du cristal à travers la lentille d’un microscope stéréo ergonomique

By | Études de cas

Moores Glassworks utilise un système d’inspection Mantis et un système optique Lynx pour inspecter une vaste gamme d’objets en verre spécialisés et d’éléments en plastique moulés par injection formant des composants intrinsèques pour des applications variées.

Fabrication d’objets en verre

Moores Glassworks crée et fabrique des objets en verre pour des applications industrielles depuis près de quarante ans. Les objets en verre sont fabriqués à l’aide de machines spécialement adaptées par un ingénieur maison pour répondre aux diverses demandes pour des composants spécialisés.

Des machines, comme des tours, ont été complètement transformées à l’aide de nouveaux mandrins, brûleurs, engrenages et commandes pour fabriquer des pièces uniques performantes et de haute qualité. L’avantage d’avoir un ingénieur hautement qualifié et extrêmement expérimenté à disposition est qu’il permet de fournir un service sur mesure pour répondre aux demandes des clients de manière rapide et compétitive.

Un exemple de composant primaire fabriqué sur le site à l’aide des machines ainsi adaptées est le support multi broches qui peut être fabriqué en verre au plomb ou Kodial.

Ces composants, utilisés dans les tubes électroniques, doivent être produits en grandes quantités conformément aux configurations exactes du client. Ils sont utilisés dans les tubes électroniques de tout type, tels que les rayons X, les photomultiplicateurs, les tubes à rayon cathodique, les lampes à cathode creuse et autres tubes spécialisés.

Une inspection méticuleuse permet d’éviter l’expédition de tout composant défectueux afin de garantir des produits de la plus haute qualité.

« Nous dépendons de nos processus d’inspection pour détecter tout défaut s’étant produit au cours de la fabrication. Seule une partie de notre procédé de fabrication utilise des machines, le reste est réalisé par des êtres humains. Nous devons donc mettre en œuvre un processus d’inspection strict et rigoureux. »

Inspection optique au cours du procédé de fabrication

Des dessins et des fiches techniques aident l’opérateur à choisir l’outil de presse approprié qui est ensuite fixé sur la machine à pincer. Une fois que l’opérateur a rassemblé tous les matériaux nécessaires pour réaliser cette étape de fabrication, il utilise des techniques spécialisées et son expérience pour fabriquer avec précision la quantité requise conformément aux configurations exactes du client. Au cours de ce processus, l’opérateur réaliser des inspections aléatoires afin de maintenir un niveau de qualité satisfaisant.

Suite à cette étape du procédé de fabrication, les tiges des supports multi broches doivent être recuites afin d’annuler les contraintes. Le composant est alors chauffé à une température de 525°C pendant une durée prédéterminée dans la chambre de chauffe d’un four. Un test de contrainte est réalisé suite à la recuisson, conformément aux procédures d’inspection.

Les tiges sont enfin soumises à un nettoyage à l’acide contenant 32 % d’acide chlorhydrique à 78°C, suivi d’une submersion dans une solution d’acide acétique, d’acide nitrique et d’acide chlorhydrique. Cette procédure peut varier en fonction des tiges de verres et si elles sont fabriquées en verre dur ou tendre.

Au cours du procédé de fabrication, certains éléments fondamentaux doivent être exécutés à la perfection vu la nature du travail du verre. Il est notamment crucial que la chaleur appliquée soit à la température exacte lors de l’assemblage d’éléments en verre, comme les éléments en verre des supports multi broches, par exemple.

Il faut donc s’assurer que les tiges et les anneaux en verre soient chauffés à la bonne température et qu’une pression suffisante soit ensuite appliquée afin de fusionner les composants. Si le verre n’est pas chauffé à la bonne température, la fusion n’aura pas lieu et une capillarité peut se former dans le verre. Cela peut alors constituer un point de fuite possible qui peut, une fois le composant scellé dans l’ampoule, compromettre la solidité de l’ampoule. Cela peut, à son tour, entraîner la défaillance de toutes les ampoules d’un secteur du panneau.

Productivité accrue

Les critères d’inspection incluent notamment de contrôler la jointure de la tige et d’examiner les composants à la recherche d’autres défauts, tels que des broches tordues ou déplacées, des bulles, des fissures, des éclats ou des lignes noires au niveau des joints entre le verre et le métal, etc. À cette fin, Moores a investi dans deux microscopes stéréo Mantis et un système d’inspection stéréo optique Lynx.

« Nous sommes fiers de fournir des délais d’exécution rapides à nos clients et notre équipement d’inspection doit donc être fiable, précis et facile à utiliser. De plus, la technologie sans oculaire des systèmes d’inspection de Vision Engineering offre des avantages ergonomiques à l’équipe et permet ainsi d’améliorer la productivité. »

Avec des règlementations de qualité de plus en plus strictes et la nécessité d’augmenter la productivité, il faut pouvoir se fier à ses processus de qualité et aux outils et équipements qui permettent de mettre en œuvre de telles procédures.

Moores Glassworks utilise désormais deux systèmes stéréo d’inspection optique de Vision Engineering qui offrent des avantages ergonomiques aux opérateurs, comme une visualisation sans fatigue.

Une vaste gamme de produits en verre destinés à des applications industrielles est inspectée avec ces microscopes sans oculaire. Moores Glassworks continue d’agrandir sa gamme de produits et de fournir une variété de composants de configurations complexes à ses clients, ce qui fait que le processus d’inspection restera une procédure inestimable en termes du contrôle qualité de leurs produits.

Moteur de l’amélioration de la qualité des composants automobiles

By | Études de cas

Le fabricant de composants automobiles moulés par injection, Thermoplastic Systems Engineering Limited (TSE), peut prouver que ses composants moulés par insertion sont fabriqués conformément aux tolérances strictes spécifiées.

Les composants complexes sont difficiles à mesurer avec une machine de mesure à coordonnées, mais avec le système de mesure sans contact à 2 axes Kestrel, TSE peut prouver que ses procédés de fabrication produisent des moulages précis.

Basée dans le Suffolk au Royaume-Uni, la société Thermoplastic Systems Engineering Limited (TSE) fabrique une large gamme de composants en plastique moulés par injection et par insertion. Fournissant principalement l’industrie automobile et aérospatiale, TSE offre un service complet de fabrication de composants en plastique complexes selon des tolérances strictes.

TSE fabrique ses produits à partir de la gamme complète de polymères d’ingénierie et techniques et d’élastomères thermoplastiques. Des matériaux, des technologies et des programmes de développement planifié avancés sont mis en œuvre pour fournir des composants optimisés.

Les programmes de développement comprennent plusieurs étapes et incluent notamment l’application de simulations informatisées du flux et du refroidissement sur les composants à l’étape de conception des outils afin de prédire les contraintes et les déformations. Cette étape, ainsi que d’autres étapes spécialisées du procédé de fabrication, font partie intégrante du service complet offert par TSE à ses clients.

La précision est un impératif incontournable du procédé de fabrication du capteur d’accélérateur.

L’une des spécialités de TSE est le moulage par insertion. Cette technique de moulage permet de combiner des pièces métalliques embouties ou tournées dans la géométrie complexe formée par le plastique. Cela permet d’incorporer des circuits conducteurs, des ressorts ou des surfaces de contact dans un seul composant multifonctionnel.

Un exemple de composant primaire fabriqué par TSE à l’aide de la technique de moulage par insertion est le capteur fixé sur la pédale d’accélérateur. Il utilise la technologie des capteurs au lieu des câbles conventionnels. Une carte de circuits imprimés détectant les mouvements est insérée dans le moulage. Lorsqu’un mouvement linéaire est détecté, il ouvre les papillons des gaz du moteur.

À l’origine, alors que l’on en n’était qu’aux balbutiements de la fabrication du capteur d’accélérateur, le client pensait qu’il y avait une différence de précision dimensionnelle. Cela était causé par la résistance du contact entre le substrat du capteur d’accélérateur et la glissière linéaire blanche. Lors de la mise en contact des deux composants, le mouvement était conçu pour être doux et fluide, ce qui n’était pas le cas du fait de la résistance.Le client a suggéré que cette différence était due à une erreur de précision du câble après avoir mesuré les dimensions avec un système de mesure à contact.

Étant donné les dimensions et la nature complexe des pattes en nickel plaqué or, il n’est pas surprenant que le capteur du système de mesure à contact ait fourni des résultats contradictoires.

Après avoir étudié la suggestion du client, TSE a découvert que les erreurs de précision entraînant une résistance de la glissière étaient causées par une toute autre raison.

Dans le procédé de fabrication du capteur d’accélérateur, le client sous-traitait l’impression des composants avec des encres aux pigments de charbon. Ce processus implique de polymériser l’encre à 220°C pendant 12 à 16 heures, mais au cours de la période de transition de polymérisation, l’encre se dilatait, ce qui augmentait l’épaisseur et entraînait la résistance de la glissière sur le substrat de l’accélérateur.

C’est la précision du système de mesure sans contact de Vision Engineering qui a permis à TSE de prouver à son client que la résistance était due à l’expansion de l’encre et non à un composant moulé par insertion non conforme aux tolérances de fabrication.

Le système Kestrel répète et reproduit les mesures avec précision.

Peter Neille, directeur commercial et technique, explique comment le système Kestrel à 2 axes de Vision Engineering s’est avéré être bien plus qu’un simple investissement.

« Le système Kestrel a permis à nos ingénieurs de répéter et de reproduire avec précision les mesures des points de mesure sur les composants en plastique moulés par injection et par insertion. Grâce à sa précision et à sa facilité d’utilisation, nos ingénieurs peuvent réaliser des mesures rapidement et aisément.

Il n’est souvent pas possible de mesurer les composants complexes à l’aide d’un système de mesure à coordonnées, car les caractéristiques sont très délicates et il est difficile de maintenir une répétitivité exacte. Le système de mesure sans contact Kestrel fournit cependant des mesures précises, à tel point que nous avons pu prouver à nos clients que nos lots de composants moulés par injection et par insertion commandés étaient fabriqués conformément aux tolérances spécifiées »

Un regard d’aigle

By | Études de cas

Il va sans dire que les composants aérospatiaux doivent être fabriqués conformément aux tolérances et aux normes de qualité les plus strictes. Lorsqu’une société possède plus de 10 000 types de composants différents, elle a besoin d’un système de mesure et d’inspection flexible pour garantir la qualité de ses produits.

Le groupe STAG (Specialist Technologies Aerospace Group) est un prestataire de service de gestion des pièces détachées et des stocks sur le marché international de l’aérospatiale. En maintenant un stock important de pièces détachées critiques et standard, le groupe STAG peut offrir à ses clients un service de fourniture de pièces détachées rapide et fiable, en évitant ainsi aux exploitant aériens ou aux constructeurs aéronautiques d’avoir leur propre stock de pièces de rechange.

Afin de garantir la conformité de ces composants en termes de tolérances et de spécifications, le groupe STAG a investi dans un système de mesure sans contact Hawk de Vision Engineering.

Efficacité et précision accrues

La mesure et l’inspection des composants aérospatiaux peuvent être difficiles en raison de la nature de l’objet. Les composants ont tendance à être complexes et ultra réfléchissants avec des surfaces incurvées et plates présentant des reflets.

Les systèmes de Vision Engineering sont tous dotés d’un dispositif optique authentique fournissant des images nettes et claires sans reflet. Les systèmes de Vision Engineering sont tous dotés d’un dispositif optique authentique fournissant des images nettes et claires sans reflet.

Avantages principaux de la technologie de mesure optique unique

La technologie optique à pupille élargie brevetée de Vision Engineering offre aux utilisateurs une liberté de mouvement de la tête et une position corporelle confortable incomparables. Cette technologie optique unique présente deux avantages principaux.

L’opérateur peut travailler au poste de mesure pendant de longues périodes sans avoir à adopter une position corporelle non naturelle, ce qui est crucial pour obtenir des mesures précises et répétables. Un autre avantage est la clarté de l’image.

La technologie vidéo conventionnelle est limitée par la résolution de la caméra, sa sensibilité aux variations de la lumière et un rendu des couleurs moins fidèle. Bien que cela puisse ne pas poser de problèmes lors de l’inspection de composants très simples, comme des rondelles par exemple, cela devient plus important lorsque le composant présente un contraste très faible (mesure de toiles noires sur un moulage en plastique noir) ou si le composant est ultra réfléchissant (un arbre tourné poli, par exemple.

Garantir la conformité aux spécifications des composants en stock

La réputation et la fiabilité sont des facteurs critiques lors de l’établissement de partenariats de gestion des pièces détachées et des stocks avec des équipementiers et des fournisseurs de premier plan de l’aérospatiale.

Le client doit être confiant que les composants livrés sont conformes à la spécification et aux tolérances appropriées. Le système Hawk fournit au groupe STAG une capacité de métrologie et d’inspection qui lui permet de garantir et de prouver à ses clients que les composants qu’il stocke et fournit sont conformes aux spécifications.

Avec plus de 10 000 lignes de composants en stock, le système de métrologie et d’inspection doit être extrêmement flexible et facile à utiliser pour couvrir la vaste gamme de pièces détachées en stock.

Image optique pure des composants

Le système Hawk est un système de mesure à 3 axes sans contact mis au point par Vision Engineering. Il utilise une optique avancée et une platine de mesure extrêmement précise pour mesurer les composants. Il s’agit d’un système de mesure à coordonnées qui utilise une image optique pure du composant plutôt que des sondes de contact. En déplaçant la platine de mesure sous le dispositif optique, il est possible de générer une représentation 3D de l’objet pour permettre à l’opérateur de déterminer si le composant est compris dans les tolérances autorisées.

Le système Hawk est connecté à un ordinateur exécutant le logiciel de métrologie QC5000 qui offre de nombreux outils de construction de caractéristiques et de journaux de données.

Le système Hawk est connecté à un ordinateur exécutant le logiciel de métrologie QC5000 qui offre de nombreux outils de construction de caractéristiques et de journaux de données. En réalisant une inspection d’échantillons des marchandises reçues, le groupe STAG s’assure ainsi que les composants entrant dans le système d’inventaire répondent aux spécifications de ses clients.

En plus de contrôler les dimensions physiques de ces composants, la vue optique fournie par le système Hawk permet à l’inspecteur qualité de voir clairement la surface et la finition de la pièce inspectée, une fonction utile qui peut permettre de détecter des problèmes de fabrication même lorsque les composants sont compris dans les limites de tolérance.

Une caméra numérique peut être ajoutée pour capturer l’image vue par l’opérateur et permettre ainsi de résoudre rapidement tout problème avec le fabricant du composant et le client final. L’image peut être immédiatement envoyée par e-mail à toutes les parties concernées, pour gagner un temps considérable par rapport au processus utilisé jusqu’à présent.

95 % du stock peut désormais être mesuré.

La gamme de composants passant sur la platine de mesure du système Hawk est énorme vu que le groupe STAG vise à stocker des pièces détachées aéronautiques générales, ainsi que des kits de construction / de remise à neuf, pour la plupart des principaux fabricants européens du secteur de l’aérospatiale. Il est désormais possible de mesurer 95 % de ces composants à l’aide du système Hawk qui, dans sa configuration standard, est doté d’une zone de mesure de 200 mm (X) x 150 mm (Y) x 200 mm (Z).

Tous les composants en grande quantité (écrous, boulons, rondelles, vis) peuvent facilement être mesurés dans cette zone de mesure, ce qui en fait une solution polyvalente pour des mesures rapidement interchangeables. Ken Delderfield, responsable qualité du groupe STAG, travaille avec le système Hawk depuis le début.

« Le système Hawk est l’appareil de métrologie idéal pour nous. Facile d’utilisation, il est suffisamment polyvalent pour mesurer la quasi totalité de nos composants. La fonction de génération de rapport me permet de créer un fichier de données pour chaque composant mesuré, ce qui est crucial pour la traçabilité des composants. »

Le groupe STAG utilise le système de mesure sans contact à 3 axes Hawk depuis plus de six mois maintenant et ses capacités ne sont pas passées inaperçues auprès de certains de leurs clients principaux.

Mike Ireland, responsable de la prospection commerciale du groupe STAG, a déclaré :

« Le système Hawk s’est rapidement avéré être un outil utile pour notre entreprise. Nous sommes non seulement désormais en mesure de mesurer quasiment tous les composants que nous stockons, mais les clients qui nous rendent visite peuvent effectuer une procédure de mesure en toute simplicité de leurs composants, ce qui vient renforcer leur confiance en nous, leur fournisseur. Dans cette industrie, rien n’est plus important que la réputation ».

Une inspection du papier améliorée en tout confort

By | Études de cas

En optant pour le microscope Lynx révolutionnaire, l’un des plus grands fabricants de papier au monde a éliminé la fatigue et les contraintes imposées par les microscopes conventionnels lors de l’inspection d’échantillon, en augmentant ainsi considérablement sa productivité.

Durée d’utilisation limitée pour les microscopes conventionnels

Afin de limiter la fatigue oculaire des opérateurs, ainsi que les contraintes au niveau de la nuque et du dos, Donohue n’autorisait ses opérateurs à inspecter manuellement des échantillons de papier que pour un maximum de deux heures avec des microscopes conventionnels.

« Afin de maintenir une haute qualité constante de nos papiers, nous avons recours à une inspection d’échantillons au microscope à toutes les étapes de notre procédé de fabrication, des échantillons de papier filtre aux échantillons de pâte, en passant par le papier journal fini », explique Frank Azzoli, technologue de recherche chez Donohue.

« Cette tâche, de par sa nature même, peut être très fastidieuse et monotone pour l’opérateur assis devant un microscope pendant de longues périodes. Nos opérateurs ne pouvaient donc pas physiquement utiliser nos microscopes conventionnels pendant plus de deux heures d’affilée sans être extrêmement fatigués. De plus, ils avaient souvent du mal à maintenir le rendement et la précision de l’inspection ».

Technologie optique sans oculaire

Donohue, une société canadienne de 2 milliards de $, figure parmi les cinq premiers fabricants de papier au monde et produit près de 2,4 millions de tonnes de papier journal et supports papiers recyclés de toutes les qualités par an. En plus de ses cinq usines de papier journal au Canada et de ses deux usines aux États-Unis, Donohue est également un recycleur de papier de grande envergure avec quatre opérations de recyclage au Canada et aux États-Unis.

En plus de ses cinq usines de papier journal au Canada et de ses deux usines aux États-Unis, Donohue est également un recycleur de papier de grande envergure avec quatre opérations de recyclage au Canada et aux États-Unis.

Le microscope Lynx utilise ce que l’on appelle la technologie optique sans oculaire pour obtenir un angle de vision stéréo (deux yeux) très large offrant une grande liberté de mouvement et évitant à l’opérateur d’avoir à regarder les échantillons dans des oculaires conventionnels.

M. Azzoli a ajouté : « Lorsque nous avons assisté à la démonstration du microscope Lynx, nous avons immédiatement réalisé qu’il s’agissait d’un concept original qui offrait de nombreux avantages. Ce système de haute qualité nous a paru adéquat, avec en plus son aspect évolutif pour s’adapter à nos besoins futurs ».

Une liberté de mouvement exceptionnelle avec le système Lynx

Le système Lynx de Vision Engineering permet aux utilisateurs de se reculer du dispositif optique d’une distance maximale de 31 cm, ce qui, combiné à sa flexibilité angulaire, offre une liberté de mouvement de la tête et un confort exceptionnels aux opérateurs qui sont ainsi encouragés à se tenir bien assis lorsqu’ils utilisent le microscope.

La technologie sans oculaire permet même aux utilisateurs de porter des lunettes de vue ou des lentilles de contact.

« Nos opérateurs chargés de l’inspection ont immédiatement pu adopter une bien meilleure position, ce qui leur permet d’utiliser le microscope pendant de plus longues périodes en tout confort » a-t-il ajouté.

« Ils peuvent ainsi désormais inspecter des échantillons de papier au microscope pendant jusqu’à cinq heures par jour. »

Donohue a utilisé des microscopes conventionnels pendant huit ans pour examiner le nombre et le type (généralement de catégorie 10) de contaminants du papier à la recherche de particules de 0,6 mm² ou plus.

Les paramètres d’inspection incluent la propriété de grammage du papier, l’état d’élimination de l’encre (libre ou attaché), l’efficacité avec laquelle les étiquettes autocollantes, les adhésifs fusibles et les colles ont été éliminés et la mesure de la contamination par les encres, les plastiques, les stratifiés, les matières abrasives, le sable, les particules métalliques et les fibres. Donohue utilisait également les microscopes pour évaluer la performance des technologies des procédés de fabrication nouvelles et existantes, ainsi que des systèmes de nettoyage et d’élimination des contaminants.

Tandis qu’un microscope stéréo standard offre un grossissement x40 environ, le microscope Lynx va jusqu’à un grossissement extrêmement élevé de x120. Cela en fait un outil d’inspection extrêmement polyvalent et facile à utiliser qui a tellement impressionné Donohue que la société envisage désormais de l’utiliser pour un très grand nombre d’applications, y compris la recherche et le développement.

« Bien que Donohue ne requiert pas actuellement le plein potentiel du microscope Lynx en matière de grossissement, nous l’avons déjà recommandé à nos équipes de R&D qui sont extrêmement intéressées par ses capacités » continue-t-il. « Bien que Donohue ne requiert pas actuellement le plein potentiel du microscope Lynx en matière de grossissement, nous l’avons déjà recommandé à nos équipes de R&D qui sont extrêmement intéressées par ses capacités » continue-t-il.

Avantages du microscope Lynx

Néanmoins, l’utilisation d’un outil d’inspection avec de telles capacités de grossissement latentes permet à Donohue de profiter d’une résolution de qualité incomparable qu’il ne serait autrement pas possible d’obtenir.

Frank Azzoli a observé : « Nous avions à l’origine envisagé d’utiliser une caméra haute définition et un écran d’affichage pour faciliter le processus d’inspection des échantillons pour nos opérateurs.

La résolution n’était cependant pas satisfaisante. Le microscope Lynx offre également une excellente profondeur de champ et une vision périphérique de plus de 360°. Cela permet au personnel de Donohue de visualiser et de discuter simultanément des échantillons en se tenant debout devant le microscope ».

Un travail plus rapide

La facilité d’utilisation du microscope Lynx a considérablement accéléré la vitesse d’inspection des opérateurs de Donohue.

« Avant l’installation du microscope Lynx, il fallait entre 10 et 20 minutes à nos opérateurs pour inspecter complètement un échantillon de papier.

Grâce à la facilité d’utilisation et à la qualité des images du microscope Lynx, une inspection identique ne nécessite désormais que 5 à 10 minutes. Nous pouvons donc augmenter notre production. »

Avant l’installation du microscope Lynx, nos opérateurs redoutaient presque d’utiliser notre ancien microscope pour les tâches d’inspection. Il fallait cependant bien le faire, car nous ne pouvions pas réduire la quantité de nos échantillons aléatoires sans risquer de ne pas atteindre nos objectifs de certitude statistique.

« Le microscope Lynx de Vision Engineering a toutefois bien facilité cette tâche en permettant aux opérateurs de travailler beaucoup plus rapidement de manière plus détendue, sans les maux de tête et les douleurs physiques inévitables infligés par l’utilisation des microscopes conventionnels. Nous pouvons désormais terminer nos projets plus rapidement avec une meilleure précision car nos opérateurs sont moins stressés et peuvent donc prendre de meilleures décisions et mesures. »

L’ergonomie du système Lynx permet également de le configurer, sans aucune autre intervention de l’opérateur.

« Nos anciens microscopes devaient être inclinés manuellement sur 30° pour obtenir une vue d’inspection suffisante, ce qui nécessitait d’utiliser les deux mains. Grâce à la platine flottante réglable du microscope Lynx, les échantillons peuvent être inclinés à l’angle désiré et restent fermement en place. Les opérateurs ont donc les mains libres pour prendre des notes, pour effectuer des sondages et des décomptes, ce qui améliore encore une fois leur productivité lorsqu’ils travaillent avec le microscope. »

Les opérateurs de Donohue qui utilisent désormais le système Lynx affirment que le microscope a transformé la qualité de leur vie quotidienne au travail.

« Depuis que nous utilisons le microscope Lynx, la productivité et la précision d’inspection de nos opérateurs a presque doublé » conclut M. Azzoli. « En fait, une fois que vous êtes habitué à utiliser le système Lynx, il devient un outil d’inspection quasiment transparent pour lequel tous les mouvements requis deviennent automatiques, comme lorsque vous conduisez une voiture. Nous avons ainsi acquis un outil d’inspection incroyablement performant qui répond non seulement à nos besoins d’aujourd’hui et de demain, mais qui sera probablement remboursé très rapidement ».

Measurement of automotive parts using a Hawk

Mesure rapide de composants automobiles en plastique

By | Études de cas

Vision Engineering a conçu le système Hawk® unique de mesure sans contact, le premier à offrir une image optique pure associée à la détection des contours vidéo entièrement automatique. Ces deux technologies étaient déjà disponibles individuellement, mais n’avaient jamais été offertes dans un seul et même système.

Système deux en un (mesure optique et vidéo)

Le système Hawk peut être utilisé en mode manuel, motorisé ou totalement automatique. Pour un changement rapide de produit, le mode manuel permet de le configurer très rapidement pour toute tâche de mesure. Pour un débit à haut volume, le mode automatique permet une inspection objective répétée bien plus rapide qu’en mode de mesure manuel.

Entre ces deux extrêmes, se trouve une multitude d’applications pour lesquelles un mode automatique partiel est bénéfique, notamment lorsque les composants ne peuvent pas être automatiquement vérifiés ou lorsque la variété des produits rend de multiples mesures peu pratiques.

Le système Hawk permet d’utiliser ces deux techniques avec un seul système, ce qui offre de nombreuses opportunités dans les cas où chaque technologie aurait été insuffisante. L’un des principaux domaines d’application pour la nouvelle technologie Hawk est l’inspection de composants automobiles moulés.

Critères de fabrication

Les composants automobiles sont sujets à des critères de qualité critiques en termes de fonctionnement, de tolérance et d’apparence esthétique. Les composants en plastique sont de plus en plus utilisés dans la construction automobile là où l’on utilisait auparavant de l’acier ou de l’aluminium. Ceci ne se limite pas simplement à l’habillage intérieur, mais inclut aussi des composants mécaniques.

En plus de réduire le poids global et d’améliorer la finition esthétique, cette tendance impose des critères de fabrication de ces composants plastiques équivalents à ceux précédemment associés aux métaux usinés.

 

Avantages uniques du système Hawk

Les pièces automobiles moulées ont tendance à être fabriquées dans des couleurs sombres à faible contraste, le plus souvent en noir, quasiment noir ou en diverses nuances de gris. Cela permet à ces composants de s’accorder facilement avec la vaste gamme de combinaisons de couleur actuellement disponible sur les voitures. Tandis que cela présente un avantage pour le concepteur automobile, la visualisation et la mesure précises sont bien plus problématiques.

Mesurer un objet noir à faible contraste sur un fond noir à faible contraste pose un défi considérable pour la plupart des systèmes de mesure sans contact. C’est là que les avantages uniques du système Hawk entrent en jeu.

Prenons l’exemple du panneau de commande de la climatisation Peugeot moulé en gris très foncé. Ce panneau doit s’intégrer parfaitement dans l’unité de contrôle de la climatisation pour éviter qu’il ne bouge et que le conducteur ne voie ce défaut d’ajustement.

La fabrication en grandes quantités de ce panneau est sous-traitée et nécessite de vérifier plusieurs mesures clés de manière précise. Un opérateur utilisant un système optique peut ne pas être une solution rentable car un grand nombre de ces mesures est extrêmement répétitif.

Un système vidéo automatique pourrait rencontrer des difficultés en raison du faible contraste des contours noirs sur fond noir. La solution ? L’approche combinée utilisée par le système Hawk.

Les contours de base clairement définis peuvent être automatiquement mesurés à l’aide de la technologie de détection des contours vidéo (VED). Cela permet à la majorité des vérifications d’être totalement automatisées en libérant l’opérateur de tâches répétitives et laborieuses.

Une fois ces vérifications effectuées, il est possible d’utiliser le dispositif optique breveté qui fournit à l’opérateur une expérience subjective et la possibilité de définir manuellement une caractéristique afin de mesurer les éléments difficiles à faible contraste. Avec ce système, vous êtes gagnant sur les deux tableaux.

Conçu par des ingénieurs pour des ingénieurs

La technologie Dynascope brevetée offre une image optique pure nette dans le dispositif optique à pupille élargie. Cette image n’a pas été numérisée et n’a donc subi aucune perte du rendu des couleurs ou de problèmes de contraste.

Les systèmes vidéo rencontrent toujours des difficultés lors de la visualisation de caractéristiques noires à faible contraste sur fond noir, blanches sur fond blanc ou transparentes, comme c’est le cas pour de nombreuses pièces automobiles moulées. Le cerveau humain est de loin le système de traitement d’images le plus performant et, pour des sujets optiques difficiles, les meilleurs résultats seront obtenus à partir d’une image optique pure présentée à un opérateur humain.

Avec un système Hawk totalement automatique, la majorité des mesures peut être contrôlée par le logiciel informatique en ne présentant que les pièces complexes à l’opérateur qui peut saisir l’emplacement des contours.

La surspécification est devenu un problème dans l’environnement de fabrication. La fonctionnalité est tout aussi importante que la capacité dans les ateliers d’aujourd’hui, et un système performant n’aura sa raison d’être que s’il peut être utilisé au quotidien par le personnel de fabrication. C’est ce raisonnement qui a motivé le développement de la famille Hawk « conçue par des ingénieurs, pour des ingénieurs ».

Temps de cycle d’inspection réduit et répétitivité accrue

Le système Hawk est conçu pour être utilisé dans ou à proximité de l’atelier directement par les ingénieurs polyvalents non spécialisés qui gèrent le procédé de fabrication. Vu que les composants passent directement du poste de moulage ou d’usinage au système Hawk, le retour d’information est rapide et les informations disponibles où elles sont requises. Si le composant est déformé ou en dehors des tolérances acceptables, des mesures correctives peuvent être prises immédiatement.

Le système Hawk peut être utilisé en mode manuel ou totalement automatique. Ainsi, avec le panneau de contrôle de la climatisation moulé de Peugeot, les échantillons de pré production peuvent être contrôlés de près et mesurés à l’aide d’une configuration d’inspection complètement manuelle.

La flexibilité du mode manuel permet de procéder à des changements rapides sans avoir de connaissances de programmation avancées. Une fois que la production en volume a commencé, bon nombre de ces vérifications ou de ces mesures peut être totalement automatisé pour un rendement plus élevé, un temps de cycle d’inspection réduit et une répétitivité accrue.

Les pièces automobiles moulées étant de plus en plus complexes et leur qualité critique, les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants et ont des attentes toujours plus grandes. D’où la nécessité d’avoir des systèmes de mesure sans contact précis, conviviaux et capables de réaliser des mesures optiques de composants difficiles en grand volume. Le système Hawk est arrivé.

Lacunes comblées en matière de recherche sur les cellules souches

By | Études de cas

L’institut ISCMD (Institute of Stem Cells in the Treatment and Study of Monogenic Diseases), laboratoire de recherches Genopole® International d’Evry près de Paris, utilise le microscope stéréo à zoom Lynx de Vision Engineering dans ses chambres d’extraction hermétiques.

Grâce à son dispositif optique sans oculaire, le microscope Lynx peut être placé à l’intérieur des chambres pour permettre aux opérateurs d’inspecter les cellules souches avec un éclairage à fond clair ou noir et un grossissement maximum x40.

L’institut ISCMD basé à Evry, près de Paris en France, est un laboratoire de recherches de Genopole® International dont la mission est d’approfondir les connaissances et la compréhension des cellules souches afin d’élaborer des traitements pour les maladies humaines, telles que la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’arthrite, le diabète, les brûlures et les lésions de la moelle épinière.

Minimiser la dégénérescence et la contamination

Lors des recherches sur les cellules souches, les chercheurs doivent mettre en œuvre plusieurs procédés, y compris le prélèvement, l’inspection et la dissection des cellules. Afin de minimiser la dégénérescence et la contamination, des chambres d’extraction hermétiques sont utilisées pour permettre aux chercheurs de réaliser ces procédures à l’extérieur de ces chambres, en grossissant les cellules se trouvant à l’intérieur de ces dernières à l’aide du microscope Lynx.

Auparavant, il aurait été difficile d’inspecter les cellules souches au microscope, car l’oculaire du microscope se trouverait à l’intérieur de la chambre à flux laminaire.

Le microscope Lynx ne possédant pas d’oculaire, mais un dispositif optique, l’opérateur n’a plus besoin de placer ses yeux directement en face des oculaires de ce dernier.

Dispositif optique Dynascope du microscope Lynx

Le microscope Lynx de Vision Engineering, avec sa technologie brevetée Dynascope® caractéristique, fournit une clarté optimale et une précision ultra fine à l’aide d’un dispositif optique au lieu d’oculaires de microscope.

Cette particularité permet d’utiliser le microscope Lynx derrière la vitre d’une chambre où l’opérateur peut voir le sujet sans être en contact direct avec le microscope.

Contrairement aux microscopes conventionnels dotés d’oculaires, le Lynx (avec son dispositif optique sans oculaire) permet aux opérateurs de porter des lunettes de vue, même lorsqu’ils examinent le sujet au microscope qui se trouve à l’intérieur de la chambre à flux laminaire.

Dissection de cellules sous un fort grossissement

Les chercheurs de l’institut ISCMD effectuent principalement le prélèvement des cellules souches qui seront utilisées pour faire avancer la recherche. Ces cellules souches sont généralement prélevées dans des incubateurs, puis les échantillons doivent être disséqués par les chercheurs afin de séparer les cellules à l’aide d’une micropipette. Ce procédé délicat nécessite un fort grossissement et une clarté exceptionnelle pour permettre aux chercheurs de réaliser des dissections précises.

Offrant non seulement une clarté de haute qualité grâce à son dispositif optique Dynascope® unique, le microscope Lynx améliore également le contraste des cellules souches à l’aide du miroir inclinable situé sous le diaphragme de l’appareil.

Cette simulation d’éclairage à fond clair ou noir, qui est un aspect important pour la dissection et l’inspection, optimise le contraste des cellules pour faciliter leur inspection et leur manipulation.

Il est crucial d’inspecter les cellules pour déterminer leur structure, toute granulation et leur morphologie générale afin de garantir des échantillons de haute qualité. En effet, si les cellules commençaient à se dégénérer et si la morphologie des cellules n’était pas de la qualité requise, le temps et l’argent perdus à les utiliser pour les recherches seraient coûteux.